Comment Dorothée a lancé une entreprise qui marche dès le début ?

Comment Dorothée a lancé une entreprise qui marche dès le début ?

Depuis 3 ans, Dorothée Garnier est à la tête de « Digiliz ». Découvrez le parcours d’une entrepreneuse qui a osé se lancer dans son projet et qui n’a aucun regret.

Au sommaire

La carrière salariée de Dorothée

Pendant 16 ans, Dorothée a travaillé en tant que salariée dans le secteur du marketing et de la communication. Elle a occupé différents postes sur des missions en lien avec la force commerciale et orientées business et résultats.

Lorsqu’elle travaillait au sein du service marketing d’une société d’assurances, elle a été orientée vers un poste de chef de projet, ou elle a travaillé sur des projets en lien avec le digital. Elle a tenu sa nouvelle mission pendant 4 ans et a souhaité approfondir ses connaissances en webmarketing.

Se former au digital, sa priorité

Travaillant dans le marketing, elle s’est dit qu’elle devait absolument se former sérieusement sur le domaine du digital. Elle a donc demandé à quitter son entreprise pour suivre une formation certifiante de 6 mois pour apprendre à mettre en place une stratégie digitale.

En parallèle de sa formation, elle est suivie par un cabinet de recrutement. En effet, son objectif initial est de retourner sur un poste salarié à la suite de sa formation.

Aux côtés du cabinet de recrutement, elle définit les choses qu’elle veut et sur celles qu’elle ne veut plus. Son désir premier est de mettre en application les apprentissages de sa formation. Elle passe différents entretiens, mais à chaque fois, elle se rend compte que le poste proposé ne lui plairait pas sur du long terme.

dorothée formation

L’indépendance, la solution pour combler ses attentes

Dorothée souhaitait retrouver un équilibre de vie entre vie professionnelle et vie personnelle. En acceptant les postes qu’on lui proposait en tant que salariée, elle avait peur de ne pas retrouver cet équilibre.

Elle a alors commencé à envisager de se lancer en tant qu’indépendante. Elle veut faire du conseil. Quand elle en parle autour d’elle, elle se rend compte qu’il y a des besoins. Son réseau la rassure et la conseille. Elle est agréablement surprise par la solidarité et la bienveillance qu’elle reçoit. Elle est beaucoup aidée et poussée à se lancer dans son projet. Ce soutien fut une chance.

À ce moment-là, elle est au chômage et elle bénéficie d’un accompagnement pour créer sa structure. Lorsqu’elle rencontre l’organisme qui la suit pour la création de son entreprise, elle arrive avec une offre quasiment finalisée. Dorothée sait où elle veut aller.

Les proches de Dorothée la soutiennent

Lorsqu’elle annonce à son mari qu’elle veut se lancer en tant qu’indépendante, il le prend bien et la soutient dans sa décision. Dorothée sentait que si elle ne le faisait pas maintenant, elle allait le regretter toute sa vie. Elle se dit qu’au pire, si cela ne marche pas, elle retournera salariée.

Ses parents et sa sœur, qui ne sont pas trop familiers avec ce domaine, vont malgré tout dans son sens et la pousse à réaliser son projet. C’est soutenu avec bienveillance et dans le bon sens que Dorothée a pu se consacrer à son projet.

Une entreprise qui fonctionne tout de suite

Depuis maintenant 3 ans, elle est à la tête de sa structure. Au quotidien, elle accompagne les entreprises à gagner en visibilité que ce soit sur internet ou sur les réseaux sociaux.

Elle est à leurs côtés dans la création ou la refonte site internet, dans la mise en place de référencement naturel et payant, mais aussi pour leur communication sur les réseaux sociaux (essentiellement sur Instagram et LinkedIn).

L’activité de Dorothée fonctionne bien depuis 3 ans. Ses premières missions furent pour des entreprises des personnes de son entourage. Son réseau lui a permis d’avoir très rapidement ses premiers contrats. Ensuite, le bouche-à-oreille a très bien marché et elle a acquis les contrats suivants grâce à cela.

réussir en freelance

Le partage de ses connaissances

En parallèle de son activité, Dorothée est formatrice. Elle tient ce rôle une fois par semaine. Elle donne des cours dans 2 écoles sur Lyon et forme des salariés sur les sujets en lien autour du digital.

Dorothée apprécie de pouvoir transmettre ses connaissances. De plus, assurer des cours lui permet de se tenir à jour des actualités et de pouvoir échanger avec un public.

Des appréhensions surmontées

Au début, Dorothée se disait « Qui va te faire confiance ? Tu es toute seule, tu as ta formation, mais tu n’as pas de références clients ni de site internet. » Le fameux syndrome de l’imposteur ne l’a pas épargnée. Elle avait l’impression que personne n’allait lui faire confiance. Ce syndrome l’a poursuivi quelque temps, et parfois encore un peu maintenant, mais beaucoup moins. Elle a su faire ses preuves.

La deuxième appréhension de Dorothée était la prospection. Elle avait peur de se lancer. Mais, bonne nouvelle, pendant ces 3 premières années, elle n’a, à ce jour, pas eu besoin de le faire. Les contrats acquis par le bouche-à-oreille lui suffisent largement.

Enfin, la dernière facette qui lui pesait était la partie comptabilité. Heureusement, elle a pu demander du soutien auprès d’une de ses connaissances lorsqu’elle en avait besoin.

Les 3 choses qui ont le plus aidé Dorothée

  • Être entourée d’entrepreneurs

Le fait d’avoir des amies qui avaient elles aussi leur boite lui a permis d’avancer. Elles avaient les mêmes problématiques et ont pu partager et s’entraider. Cela aide énormément.

  • Avoir le soutien de ses proches

C’est important d’avoir des proches qui aillent dans son sens.

  • Obtenir les premiers retours clients

Recevoir des retours positifs suite aux missions réalisées permet de se sentir bien et d’éloigner le syndrome de l’imposteur.

devenir freelance

Tout le monde ne peut pas se lancer

Lorsque l’on se lance à son compte, c’est très enrichissant. En 3 ans, Dorothée a appris une multitude de choses et rien que pour cela, elle vous conseille de vous lancer. Au pire si demain cela doit s’arrêter, vous aurez tenté et vous n’aurez pas de regret. C’était sa plus grande appréhension, ne pas essayer et le regretter plus tard.

« Attention tout de même. Tout le monde n’a pas les capacités pour le faire non plus. Pour réussir, il faut de la rigueur, du travail, y croire et se donner les moyens de ses ambitions. C’est beaucoup de travail. »

Une indépendance qui a changé la vie de Dorothée

Aujourd’hui, Dorothée a un peu moins le syndrome de l’imposteur et elle se sent plus à sa place qu’au début. Elle se sent bien dans le milieu des indépendants qui est un milieu sain et solidaire. Elle y a fait de très belles rencontres.

Dans le cadre de la réalisation de ses missions, Dorothée s’appuie sur des partenaires de confiance pour la partie développement web. Ces partenaires ont des compétences complémentaires aux siennes et elle apprécie faire son travail en collaborant avec ces autres prestataires.

Aussi, le fait d’avoir retrouvé un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle lui a beaucoup apporté. Même si le statut d’indépendant procure plus de stress, Dorothée se sent plus sereine. Elle a retrouvé l’équilibre de vie qu’elle recherchait.

Laisser un commentaire